Cloud computing et Cybersécurité : toutes les informations à connaître

Cloud computing et Cybersécurité : toutes les informations à connaître

Adem K.
Calendar picto
9/3/2022
Clock picto
7 min

L'essor du Cloud Computing introduit de nouveaux dangers de cybersécurité. Découvrez tout ce que vous devez savoir sur cette technologie informatique, sur ses risques, et sur les méthodes permettant d'assurer sa protection.

Le Cloud Computing est une nouvelle approche de l'informatique. Cette technologie permet de délivrer des services via internet, tels que du stockage de données, de la puissance de calcul, des logiciels, ou encore des outils d'analyse de données.

De nombreuses entreprises se tournent aujourd'hui vers le Cloud pour réduire leurs coûts et gagner en agilité, entre autres avantages. Toutefois, cette adoption massive a attiré l'intention des cybercriminels.

Les cyberattaques contre les plateformes Cloud se multiplient. Ces offensives prennent le pas sur les attaques contre les serveurs sur site, et les hackers innovent sans cesse pour déployer de redoutables malwares.

Face à ce nouveau fléau, assurer la protection du Cloud est devenu une priorité. Une nouvelle branche de la cybersécurité a vu le jour : la Cloud Computing Security.

Qu'est-ce que la Cloud Computing Security ?

La Cloud Computing Security, ou Cloud Security, est une sous-catégorie de cybersécurité dédiée à la sécurité des systèmes de Cloud Computing. Elle englobe des règles, des pratiques, des techniques, des procédures permettant de maintenir l'intégrité et la sécurité des données, des applications, des systèmes et des infrastructures sur le Cloud.

Ces différentes mesures de sécurité protègent la confidentialité des données, tout en offrant un meilleur contrôle et une vue d'ensemble. Elles permettent aussi d'assurer la conformité légale.

Les initiatives et étapes de sécurité du Cloud peuvent varier d'une entreprise à l'autre, mais l'objectif reste de filtrer le trafic malveillant et de limiter l'accès pour les utilisateurs non autorisés.

La responsabilité de la sécurité du Cloud est partagée entre le fournisseur de services et les utilisateurs finaux. Ainsi, les solutions de sécurité Cloud les plus fiables reposent sur des systèmes de protection automatisés tout en offrant des conseils aux utilisateurs et aux administrateurs de l'infrastructure.

Pourquoi la sécurité du Cloud est-elle essentielle ?

À mesure que les entreprises complètent leur transformation numérique et migrent leurs systèmes vers le Cloud, la cybersécurité devient une priorité. Il est vital de réduire les risques du Cloud Computing, et de s'assurer que les données et les systèmes soient protégés aussi bien au repos, pendant l'utilisation et pendant les transferts.

En cas de compromission des données sur le Cloud, une entreprise risque de perdre ses revenus, sa réputation et la pérennité de son activité. En moyenne, le coût d'une fuite de données s'élève 8,64 millions de dollars selon IBM. Il faut environ 280 jours à une organisation pour détecter une fuite, y remédier et réparer les dégâts. Beaucoup d'entreprises ne s'en relèvent malheureusement pas.

Le volume de données augmente de manière exponentielle, et les fournisseurs de Cloud font face à des risques accrus de fuites. La surface d'attaque augmente proportionnellement. La Cloud Security est indispensable pour protéger les données dans cette nouvelle ère.

Les fournisseurs de Cloud mettent en place différentes barrières de sécurité, telles que le chiffrement des données pour s'assurer que les informations soient protégées à la fois contre une suppression accidentelle ou contre une attaque malveillante.

Au fil des dernières années, de grandes entreprises comme Adobe, Sony, Target, Equifaxx ou Marriott ont enduré de sévères cyberattaques. Toutefois, les petites et moyennes entreprises sont également menacées par la cybercriminalité. Selon la National Cyber Security Alliance des États-Unis, plus de 70% des petites entreprises sont attaquées et beaucoup ne se relèvent pas.

Les défis de la sécurité Cloud

Selon un rapport publié en 2019 par Coalfire et Cybersecurity Insiders, 93% des entreprises perçoivent la cybersécurité comme une préoccupation majeure. Leurs principales inquiétudes concernent la fuite de données (64%), la surveillance de nouvelles vulnérabilités (43%), l'accès non-autorisé (42%), la mauvaise configuration de plateforme (40%), la conformité légale (39%), la confidentialité des données (33%) et la défense contre les malwares (25%).

Les fournisseurs d'Infrastructures en tant que Services (IaaS) et de Plateformes en tant que Service (PaaS) comme Amazon Web Services (AWS) et Google Cloud Platform prennent la responsabilité pour la sécurité. Toutefois, l'entreprise qui utilise ces services doit aussi suivre les conseils et appliquer les meilleures pratiques de sécurité.

Si une organisation utilise un Logiciel en tant que Service (SaaS), elle doit avoir un plan pour restreindre l'accès aux utilisateurs autorisés. De leur côté, les utilisateurs finaux doivent respecter les procédures de protection de données.

Comment assurer la sécurité du Cloud Computing ?

Il existe des pratiques à respecter pour garantir la sécurité du Cloud Computing. Voici les plus populaires.

Tout d'abord, le principe du moindre privilège (least privilege) permet d'assurer que les utilisateurs au sein d'une organisation aient uniquement accès aux informations dont ils ont besoin. En fixant ces limites d'accès, l'administrateur réduit au maximum le risque de fuite de données.

Les mots de passe trop faibles sont l'une des principales vulnérabilités en entreprise. En compromettant des identifiants, les hackers peuvent aisément accéder aux données et aux systèmes. Il est donc essentiel de choisir des mots de passe complexes et uniques, et d'utiliser un logiciel de gestion de mots de passe pour ne pas avoir besoin de les mémoriser.

De même, les systèmes d'authentification multifacteurs augmentent la sécurité. Même si un mot de passe est piraté, le hacker ne pourra pas franchir la deuxième barrière et ne pourra donc pas accéder aux données.

Au sein d'un environnement de Cloud Computing, le chiffrement des données permet d'assurer la sécurité des transmissions de données. Les informations sont illisibles, à moins de détenir la clé de déchiffrement. De nombreux services Cloud permettent de gérer un trousseau de clés de chiffrement pour protéger les données.

Les clés SSH (Secure Socket Shell) permettent de sécuriser les connexions aux serveurs grâce à des paires de clés publiques et privées sous forme de longues suites de caractères aléatoires. Pour se connecter au serveur, il est nécessaire de posséder les deux clés. L'administrateur de sécurité Cloud se charge de superviser qui a accès aux connexions et gère les clés pour les différentes données.

En cas de compromission ou de panne, il est important d'avoir des " backups " (sauvegardes) des données ou des applications afin de pouvoir les restaurer. De nombreux fournisseurs Cloud proposent des " Backups en tant que Service " permettant de sauvegarder les données sur le Cloud.

Enfin, la mauvaise configuration des environnements Cloud peut ouvrir des failles de sécurité. Il est donc essentiel de vérifier régulièrement que l'infrastructure est bien configurée et protégée contre les attaques.

Les principales menaces du Cloud Computing

Les fuites de données sont l'une des principales menaces pour la sécurité du Cloud Computing. Elles peuvent survenir en cas de mauvaise configuration d'un environnement Cloud. Les cybercriminels sont alors en mesure de s'engouffrer dans la brèche pour s'emparer des données. Ils peuvent aussi accéder à l'environnement via une attaque par force brute ou par l'ingénierie sociale.

Lorsqu'un utilisateur non autorisé a accès aux données, il devient capable de voler ou de copier les données. Ceci peut poser de graves problèmes à l'entreprise comme une amende RGPD, une réputation entachée auprès des clients, ou le vol de sa propriété intellectuelle.

Phishing et ingénierie sociale

De nombreuses cyberattaques ne reposent même pas sur la technologie, mais sur l'ingénierie sociale. Le phishing ou hameçonnage consiste à envoyer des emails en se faisant passer pour une entreprise digne de confiance. Lorsque le destinataire clique sur le lien compris dans l'email, ses données, mots de passe ou appareils peuvent être compromis.

L'ingénierie sociale consiste ainsi à tromper l'humain pour le pousser à révéler des informations. Afin d'éviter ce danger, une entreprise doit former ses équipes à reconnaitre et à signaler ce type de cyberattaques.

Attaques DDoS et botnets

Un autre danger est celui des DDOS ou attaques par déni de service. Ces attaques utilisent un botnet composé de plusieurs appareils pour surcharger un réseau et sa bande-passante, provoquer une panne des serveurs et perturber l'activité de l'entreprise. Ces attaques sont souvent menées contre des sites web par malveillance ou par des concurrents.

Les services Cloud reposent fortement sur les APIs pour communiquer avec les applications. Ces outils sont très pratiques, mais sont également vulnérables aux cyberattaques. Les hackers peuvent lancer des attaques DDoS ou injecter du code pour s'infiltrer sur le serveur Cloud et accéder aux données personnelles stockées par l'organisation.

Employés malveillants et menaces internes

La menace ne vient pas toujours de l'extérieur. Les entreprises doivent se méfier des employés malveillants capables de dérober et de vendre des données ou des secrets commerciaux. Il est important de surveiller toute activité suspecte et de restreindre l'accès et les privilèges aux employés autorisés.

Beaucoup d'entreprises profitent du coût abordable du stockage Cloud pour y entreposer toutes leurs données. Malheureusement, beaucoup oublient de sécuriser et de contrôler l'accès à ces informations. Il est important de mettre en place des systèmes de contrôle et des barrières pour éviter les trahisons en interne, et limiter le risque d'une erreur humaine.

Malwares sur le Cloud

Enfin, de nombreuses cyberattaques installent des malwares, des chevaux de Troie, des keyloggers ou autre type de virus sur le réseau d'une organisation. Ces logiciels malveillants restent souvent indétectés pendant une longue période, puis causent une fuite de données, un vol d'informations, une interception de transactions ou autres actes néfastes.

Le Cloud étant facilement accessible et les environnements interconnectés, un malware peut se propager comme un incendie. Pour lutter contre les malwares, il est essentiel de scanner l'infrastructure régulièrement et d'utiliser des outils antivirus. De cette manière, les logiciels malveillants peuvent être supprimés de l'environnement Cloud avant d'avoir des conséquences.

Les experts en Cloud Security toujours plus recherchés

Selon le Bureau of Labor Statistics, le nombre d'offres d'emploi d'Analyste en Sécurité de l'Information va augmenter de 33% entre 2020 et 2030. C'est un taux nettement supérieur à la moyenne.

En outre, selon Monster.com, la demande en professionnels de cybersécurité est telle que le taux de non-employés est actuellement de 0% dans ce secteur. Le CEO de Cybersecurity Ventures affirme que n'importe qui peut trouver un emploi immédiatement avec des compétences en cybersécurité.

L'industrie de la cybersécurité est en plein essor, car il s'agit désormais d'une priorité pour les entreprises. Par conséquent, les salaires proposés sont très attractifs. En moyenne, un analyste de données de sécurité gagne 110 972 dollars par an. De son côté, le Chief Information Security Officer ou directeur de la cybersécurité peut toucher plus de 150 000 dollars par an. Un analyste SoC gagne en moyenne 85 000 dollars par an.

Comment suivre une formation de sécurité Cloud ?

Pour travailler dans la cybersécurité Cloud, il est impératif d'acquérir des compétences. Un professionnel doit être en mesure de réagir à une cyberattaque, de surveiller les systèmes et d'analyser les données. Il est aussi doté de qualités personnelles comme la collaboration, une curiosité naturelle et une attention aux détails.

Afin de vous former à la cybersécurité, vous pouvez choisir la Cyber University. En suivant notre Formation Continue d'une durée de 300 heures, vous pouvez devenir Analyste Sécurité SOC 2.

Ce métier représente le premier rempart contre les cyberattaques sur site ou sur le Cloud. Vous apprendrez à répondre aux incidents de sécurité, mais aussi à lire, identifier, comprendre et répondre aux activités anormales ou malveillantes.

La formation est accessible à partir d'un Bac+2 en systèmes et réseaux ou équivalent, avec connaissances des systèmes d'exploitation et des réseaux. Le parcours se décompose en 110 heures de travaux pratiques, 268 heures de formation et 32 heures consacrées au projet fil rouge.

Le programme couvre les fondamentaux de la cybersécurité, les composantes de la cyberdéfense, le contexte juridique et normatif, ou encore les stratégies d'attaque et de défense.

Un projet fil rouge SOC Builde & Run permet la mise en pratique des compétences acquises. Vous apprendrez notamment à installer et configurer le SIEM, à créer et à lancer des attaques, à détecter et enquêter, et à remédier par la création de règles.

Cette formation repose sur un apprentissage par la pratique. Grâce à notre simulateur, vous pourrez vous entraîner à déjouer les cyberattaques. Les simulations exposent les vulnérabilités de vos systèmes d'information, et mettent à l'épreuve les défenses dont vous disposez.

À l'issue du parcours, vous pourrez obtenir la certification FOR508. Différents métiers de cybersécurité vous seront accessibles, dont les rôles d'expert en sécurité, d'opérateur analyste SOC, de coordinateur sécurité, d'architecte sécurité, de spécialiste en développement sécurité ou de consultant en sécurité.

La Cyber University est le meilleur moyen de vous former à la cybersécurité Cloud, et de travailler dans ce secteur en plein essor. N'attendez plus et découvrez nos formations !